La defensa de Europa en el momento del rearme alemán y de desafíos existenciales

Strade (italiano), 17 de Julio 2017, Strade (english), 17 de Julio 2017, VoxEurop, 7 de Augusto 2017

Se habla y se habla mucho del ejército europeo. ¿Pero que es exactamente de lo que se habla? Evidentemente, bajo una misma palabra se esconden proyectos muy diversos. ¿Se habla de un ejército europeo único o uno común? ¿De un ejército intergubernamental o de un ejército colocado bajo la autoridad de las instituciones europeas? ¿De un ejército compuesto por contingentes nacionales o de un ejército compuesto por soldados europeos? Como veremos, en base a la respuesta a estas tres preguntas los escenarios que emergen son muy diferentes, tanto en una configuración de 27 (improbable) como en una configuración que uniera a un grupo mas restringido de Estados-miembros de la Unión europea por medio de una Cooperación Estructurada Permanente como la prevista en los artículos 42 y 46 del Tratado de Lisboa. Lire la suite

La défense de l’Europe à l’heure du réarmement allemand et de défis existentiels

Strade (italiano), 17 juillet 2017, Strade (english), 17 juillet 2017, VoxEurop, 7 août 2017

On parle, on reparle beaucoup d’armée européenne. Mais de quoi parle-t-on précisément ? A l’évidence, sous un même vocable, se cachent des projets fort divers. Parle-t-on d’une armée européenne unique ou commune ? D’une armée intergouvernementale ou d’une armée placée sous l’autorité des institutions européennes ? D’une armée constituée de contingents nationaux ou d’une armée composée de soldats européens ? Comme nous allons le voir, sur base de la réponse à ces trois questions, les scénarios qui émergent sont très différents, tant dans une configuration à 27 (improbable) que dans une configuration réunissant un nombre plus restreint d’Etats-membres de l’Union européenne au travers d’une Coopération Structurée Permanente telle que prévue aux articles 42 et 46 du Traité de Lisbonne. Lire la suite

Britons and Ukrainians: Europe needs « two speeds »

Strade, March 15, 2017, InformNapalm, March 16, 2017

By a vote of 494 to 122 1, the British Parliament, as we know, has just voted in favour of acting upon Article 50, which outlines none other than the procedure for Britain’s ‘hard’ exit from the European Union. And this in spite of an impressive score for the option to ‘Remain’ (48.1%), and of a change in opinion revealed in numerous surveys that have been conducted since the referendum. The improbable May-Corbyn alliance is leading the Britons, and sorry to say, us Continentals to a lesser degree, into a long descent towards the underworld. Yet all of this was foreseeable, indeed we foresaw it. 2 Lire la suite

Notes:

  1. Including fifty-two of the 231 Labour MPs.
  2. London, Kiev and Ankara. Three challenges, one solution.’, L’Européen, 23 January 2014.

Britanniques et Ukrainiens dans l’Union. Les « deux vitesses » dont l’Europe a besoin

Strade, 15 mars 2017, InformNapalm, 16 mars 2017

Le Parlement britannique vient donc de voter par 494 votes contre 122 1 l’autorisation de déclencher l’article 50, la procédure qui devrait porter à la sortie, pure et simple, « dure », du Royaume-Uni de l’Union européenne. En dépit d’un impressionnant score du Remain (48,1 %), d’autant plus remarquable au regard du niveau sans précédent de désinformation, en dépit aussi d’un retournement de l’opinion, confirmé par de nombreux sondages, depuis la tenue du référendum, l’improbable attelage May-Corbyn entraîne dans une longue descente aux enfers les Britanniques et un peu avec eux, n’en déplaise, nous, les Continentaux. Tout cela était prévisible et prévu. 2 Lire la suite

Notes:

  1. Dont 52 membres du Labour sur 231
  2. « Londres, Kyiv et Ankara. Trois défis, une réponse. », L’Européen, 23 janvier 2014

« Marcho Doryila », que la liberté entre avec toi

Interview de Mairbek Vatchagaev avec Olivier Dupuis

Kavkaz.Realii, rédaction Nord-Caucase de Radio Free Europe, 23 février 2017

En 2004, vous et vos collègues du Parti radical transnational avez amené le Parlement européen à se prononcer sur la question du génocide tchétchène perpétré en 1944 par le régime soviétique. Qui vous a aidé dans cette entreprise ?

Beaucoup d’amis, au Parlement européen bien sûr. Ignacio Sallafranca, un député espagnol du PPE et mon collègue radical Gianfranco Dell’Alba en premier lieu. Il y a eu aussi beaucoup de soutien de mes amis tchétchènes Oumar Khanbiev, Ilyas Akhmadov, Tina Ismailova, … de tous mes amis du Parti radical. Lire la suite