A Common European Army: instructions for use

Le HuffingtonPost.fr, March 19, 2015, InformNapalm (fr), March 19, 2015, InformNapalm (en), March 19, 2015, InformNapalm (es), March 22, 2015, European Sotnia, March 22, 2015, Strade, March 24, 2015

Beginning with the observation that « with regards to foreign policy, we (Europeans) do not seem to be taken seriously » 1 Jean-Claude Juncker has made it clear in a recent interview with Germany’s Welt am Sonntag, that the European Union must have a common army. According to the President of the European Commission, the mere decision to equip itself with such an instrument would allow the EU to « send a clear signal to Russia that we (Europeans) are serious about defending European values » and would put the EU in a position to react « credibly » to threats to peace in a Member State or in a State bordering the Union. The words he used are of paramount importance. Juncker does not refer to a single European army that would replace the national armies; he is talking about a common European army. At no time does he say that all Member States would have to participate in such an undertaking. And finally, he makes it clear that a common army would not represent a “challenge” to NATO. Lire la suite

Notes:

  1. « Halten Sie sich an Frau Merkel. Ich mache das! » Welt am Sonntag, 8 March 2015

Armée européenne commune, mode d’emploi

Le HuffingtonPost.fr, 19 mars 2015, InformNapalm (fr), 19 mars 2015, InformNapalm (en), 19 mars 2015, InformNapalm (es), 22 mars 2015, European Sotnia, 22 mars 2015, Strade, 24 mars 2015

Partant du constat qu’ « en politique étrangère, nous (les Européens) ne semblons pas être pris complètement au sérieux » 1, Jean-Claude Juncker a souligné dans une récente interview au journal allemand Welt am Sonntag, la nécessité de doter l’Union européenne d’une armée commune. Selon le Président de la Commission, de par sa seule existence, la décision de se doter d’un tel instrument permettrait à l’Union européenne d’ « envoyer un signal clair à la Russie que nous (les Européens) sommes sérieux en ce qui concerne la défense des valeurs européennes » et mettrait l’UE en situation de réagir « de façon crédible » face à des menaces pour la paix dans un Etat membre ou dans un Etat voisin de l’Union. Les mots utilisés ont toute leur importance. Le Président de la Commission ne parle pas d’une armée européenne unique qui se substituerait aux armées nationales. Il parle d’une armée européenne commune. Il ne mentionne nulle part la nécessité que tous les Etats membres soient tenus de participer à cette entreprise. Enfin, il précise que cette armée ne serait pas en « compétition » avec l’Otan. Lire la suite

Notes:

  1. « Halten Sie sich an Frau Merkel. Ich mache das! » Welt am Sonntag, 8 Mars 2015

Quel président pour la Banque Centrale Européenne ?

La Libre Belgique, le 12 février 2011, supplément Libre Entreprise. Opinion

Les timides signes d’embellie économique ne doivent pas nous tromper. La crise n’est pas encore derrière nous. L’Espagne et surtout le Portugal continuent à faire les choux gras des agences de notations. Les marchés estiment la Grèce insolvable à terme, rappelant par là, sans bien sûr le dire, que les taux pratiqués à l’égard de ce pays s’apparentent à de l’usure moderne. 2011 et 2012 risquent donc de ne pas être de tout repos. Et quand bien même 2011 signerait-elle le début de la fin de la crise de ces quatre dernières années, l’Union européenne (et en particulier la zone euro) demeurerait structurellement fragile. Difficile en effet de considérer les réformes réalisées pour importantes qu’elles soient, comme suffisantes, en ce compris l’institution du Fonds Européen de Stabilité Financière qui n’est guère qu’une extension à 16 pays de mécanismes de garanties déjà pratiqués par deux ou trois pays à la fois.

En dépit donc d’avancées certaines opérées au coup par coup au cours de ces deux dernières années, la question des règles, des instruments et des institutions indispensables au fonctionnement de l’Union économique et monétaire est loin d’être épuisée. Lire la suite

Crise grecque : sortir par le haut

La Libre Belgique, le 7 mai 2010

Comment rétablir la confiance entre pays de la zone euro et affronter la question des traficotages des comptes par la Grèce (et d’autres)? Mettons en place des critères comptables communs et créons un corps européen de Réviseurs des Comptes chargé de vérifier chaque année la comptabilité des Etats membres.

Plus encore que la situation pourtant extrêmement grave de la Grèce, ce sont désormais les réactions – et les non réactions – de l’Union européenne et de ses pays membres qui ont de quoi susciter les pires inquiétudes. Un des derniers exemples en date, la réaction du Ministre belge des Finances, Didier Reynders. Pour qui il n’est nul besoin de créer un Fonds Monétaire européen. Tout au plus, selon lui, ce dont on aurait besoin serait de « disposer à l’avenir d’un mécanisme de décision plus collégial pour traiter ce genre de problème« . Sans autre détail. A le suivre, cette opération de sauvetage serait en fin de compte une bonne affaire pour la Belgique. On veut bien le croire. En empruntant à un taux de 3 ou 3,5 % sur les marchés et en prêtant à la Grèce à un taux 5 ou 5,5 %, la marge est bonne. La Belgique prêtant aux alentours d’un milliard d’euros, le « risque » pris devrait rapporter au Trésor belge de 15 à 20 millions d’euros l’an. Pas mal pour une opération Saint-Bernard ! Dans une telle optique, il ne reste au Ministre Reynders qu’à espérer que ce que l’on annonce se confirme. Que la Grèce doive emprunter à nouveau 30 milliards l’année prochaine, et 30 autres milliards l’année d’après. Lire la suite