#WhereisSombath. Du pays du million d’éléphants au pays des desaparecidos

Vanida Thepsouhvanh 1 et Silvja Manzi 2

Strade, 7 mai 2015

Où est Sombath? Depuis plus de 870 jours, la question est posée par un nombre croissant de citoyens, d’ONGs, de parlementaires, de gouvernements; au cours de rencontres bilatérales, multilatérales, internationales; dans les rues de Manille, de Taipei, de Copacabana, de Prague, d’Addis-Abeba, de Katmandou, de Potsdam; au Sri Lanka, aux Philippines, en Malaisie, en Indonésie, en Thaïlande, au Bangladesh, au Pakistan et au Népal; la question est formulée en Suisse, en Australie, aux États-Unis, par Hillary Clinton d’abord, puis par John Kerry; au Canada et à plusieurs reprises par l’Union européenne et certains de ses États membres. Elle est relayée par la Fédération Internationale des Ligues des Droits de l’homme, par Human Rights Watch, par des parlementaires des pays de l’ASEAN, Amnesty International, la Fondation Ramon Magsaysay … la liste est longue, arrêtons-nous ici 3. Lire la suite

Notes:

  1. présidente du Mouvement Lao pour les Droits de l’Homme (MLDH)
  2. membre du Comité pour les droits de l’homme de la région Piémont, coordinateur du parti ALDE pour le Piémont et la Vallée d’Aoste, Italie
  3. Sombath.org/global-concern/

La Chine et le congrès du Parti communiste : la lutte finale ne fait que commencer !

Libertiamo, 12 novembre 2012, Rtbf.be, le 13 novembre 2012

Une certaine impression de déjà-vu plane sur ce 18° Congrès du Parti Communiste Chinois. A en croire les mimiques d’éminents congressistes publiées sur le net, les discours sont toujours d’un convenu parfait et d’un ennui total. C’est d’ailleurs sans importance puisque – tous les commentateurs en conviennent – les jeux étaient faits avant même que les portes du Palais du Peuple ne s’ouvrent aux 2.270 délégués. Lire la suite

Honneur aux immolés tibétains

Libertiamo.it 22-23-25 juin 2012, Le Huffington Post, 23 juin 2012, The Tibetan Political Review, 19 juillet 2012

Dans le panthéon de mon adolescence, Vladimir Boukovski, Jacek Kuron, Leonid Plioutch, Adam Michnik occupent les premières places. Avec eux, il y en est un autre à qui je repense souvent depuis quelques mois : Jan Palach 1. Son geste tragique, à Prague, le 16 janvier 1969, a laissé en moi une empreinte indélébile où se mêlent inextricablement tristesse infinie et immense admiration devant ce refus absolu d’accepter la double oppression impériale et totalitaire soviétique.

Quelques années plus tôt, le 11 juin 1963, le bonze Thich Quang Duc s’était immolé à Saigon en protestation contre la répression anti-bouddhiste ordonnée par le président du Vietnam du Sud, le catholique Diêm. En 1975, après la prise de Saigon par les communistes, « 22 bonzes, nonnes et laïcs bouddhistes faisaient de même pour en appeler à la liberté religieuse au Vietnam » 2. Plus près de chez nous, qui ne se souvient de l’immolation le 17 décembre 2010 à Ben Arous en Tunisie, de Mohamed Bouazizi, qui marqua le début de la révolution tunisienne pour la liberté et la démocratie ?

Sans que cela n’ébranle vraiment médias, opinions publiques et classes politiques de nos démocraties repliées sur elles-mêmes, depuis mars 2011, dans un Tibet aux prises lui aussi à une double oppression impériale et totalitaire, une quarantaine de Tibétains 3, souvent moines ou nonnes, se sont immolés. Ils ont des noms. Je vous invite à les épeler, lentement, comme un mantra universel, où chacun pourra mêler, s’il le voudra et comme il le voudra, compassion, solidarité, pensée, admiration, reconnaissance, compréhension et tristesse infinie.

Tapey, Rigzen Phuntsog, Tsewang Norbu, Lobsang Kelsang, Lobsang Konchok, Kelsang Wangchuk, Choephel, Kayang, Norbu Damdrul, Tenzin Wangmo, Dawa Tsering, Palden Choetso, Tenzin Phuntsog, Tsultrim, Tennyi, Sonam Wangyal, Lobsang Jamyang, Sonam Rabyang, Rigdzin Dorje, Tenzin Choedron, Lobsang Gyatso, Dhamchoe Sangpo, Nangdrol, Tsering Kyi, Gepey, Jamyang Palden, Losang Tsultrim, Sonam Thargyal, Lobsang Sherab, Chime Palden, Tenpa Thargyal, Choephak Kyab, Sonam, Rinchen, Dorjee Tsetin, Dargye, Rikyo, Janphel Yeshi et quelques autres dont les noms ne sont pas parvenus jusqu’à nous. Lire la suite

Notes:

  1. Jan Palach, né le 11 août 1948, étudiant en Economie, s’est immolé par le feu à Prague le 19 janvier 1969 pour protester contre l’invasion de son pays par l’Union soviétique. Il est mort trois jours plus tard. Un autre étudiant tchèque s’immola par le feu : Jan Zajic le 25 février 1969. Quelques mois plus tôt Ryszard Siwiec, un Polonais, professeur et père de cinq enfants s’était immolé à Varsovie le 8 septembre 1968 en protestation contre la « normalisation » tchécoslovaque. Quelques années plus tard, le 14 mai 1972, Romas Kalanta, lituanien, s’immola à Kaunas en signe de protestation contre l’oppression de l’occupant soviétique envers la langue et la culture lituaniennes.
  2. Message du leader bouddhiste Thich Quang Do au Dalaï-lama et au peuple du Tibet, Quême, 16 févier 2012 http://www.queme.net/fra/news_detail.php?numb=1775
  3. Au 15 juin 2012